mercredi 6 novembre 2013

Zéphyr de Nathalie Chapouille

 

Résumé :

Après avoir survécu à une violente agression lors de ses 15 ans, Melinda Violette, pensait qu’elle n’entendrait plus jamais parler de cette étrange marque qui se trouvait sur la main de son sauveur. Pourtant, 10 ans plus tard, lorsque son meilleur ami, Nathan, lui offre un pendentif en tout point identique à la cicatrice en forme de spirale de l’homme qui l’avait immanquablement sauvé de la mort, elle commence à se poser des questions sur lui. Et quand le lendemain matin, elle se réveille invisible, elle s’empresse d’appeler Nathan à la rescousse. Comme ce dernier continue à nier toute implication dans ce qui lui arrive, elle est convaincue qu’il lui cache quelque chose. D’autant plus, qu’il n’avait pas l’air tellement surpris de la trouver dans cet état.

Mon avis :

Ayant déjà lu les premiers chapitres sur son site il y a quelques mois, j'ai sauté sur l'occasion quand Nathalie a proposé des SP sur facebook....Et je dois dire que ça m'a fait beaucoup de bien parce que Zéphyr est un gros coup de coeur, je l'ai dévoré et adoré !!!!

Mais alors comment en parler sans spoiler...la tâche est difficile !!
Dès le prologue, on est très vite plongés dans le vif du sujet : le jour de ses 15 ans, Mélinda, notre héroïne, se fait agresser par une femme munie d'un sabre (il faut avouer qu'on ne voit pas ça tous les jours) et est sauvée de justesse par un homme qui porte une cicatrice en forme de spirale qui meurt aussitôt de ses blessures ! Ça commence fort !
10 ans après, Méli mène une vie normale : elle vit dans un appartement avec son frère David, elle termine un CDD qui ne sera pas renouvelé, elle sort avec ses copines...Mais tout va basculer le jour où Nathan, son meilleur ami, lui offre un pendentif en forme de spirale. (Juste une parenthèse pour dire qu'elle est quand même follement amoureuse de Nathan qui a priori ne s'en rend pas compte et ne ressent pas la même chose...) Elle va ressentir un léger malaise en le mettant, et le lendemain elle se réveille invisible !!! ça peut faire rêver des fois, mais là ça fait juste flipper !!
Pourquoi ? Comment ? Qu'est-ce qui lui arrive ? Est-ce que c'est lié à ce pendentif ? Est-ce que Nathan en sait plus qu'il ne le dit ??
Mais elle n'obtiendra pas ses réponses tout de suite, car Nathan va être très occupé par Sarah, une belle blonde qui lui fait tourner la tête, et Mélinda va rencontrer Alex (Aaaahhh Alex...*-*), un ami d'enfance de Nathan...On a un agréable petit moment d'accalmie le temps de faire connaissance avec Alex (non, je ne dis pas ça uniquement pour la scène du strip-tease...:p...) et puis tout s'enchaîne très vite, les événements étranges, les blessures, les combats, les révélations sur l'identité de chacun...Ce qui est appréciable c'est que ces révélations n'arrivent pas trop tôt, on a bien le temps de se poser des questions, c'est parfait !!
Nathalie a su créer son propre univers de l'imaginaire, original, et même si on en déteste certaines règles (on n'aime pas les interdits, normal ^^) ça donne très envie d'en apprendre plus dans la suite, parce qu'ici on découvre seulement ce monde...
J'ai beaucoup aimé le personnage de Mélinda, une fille très actuelle, indépendante, impulsive, sensible, intuitive, et bien plus...;)
Le triangle amoureux est bien traité, notamment grâce à quelque chose que je ne peux pas dire sinon ça gâche l'effet de surprise et c'est pas drôle...Mais à la question Nathan ou Alex, je n'ai pu répondre que ... « les 2 » !!!!

Vous aimez découvrir un nouvel univers, rencontrer des humains doté de pouvoirs particuliers, faire face à des amours interdits, le tout dans une histoire pleine d'humour et d'action, révélée par une plume vive et efficace ??? Alors laissez-vous emporter par ce tourbillon qu'est Zéphyr !
Un véritable remède anti-morosité et panne de lecture !!! Mais attention, une fois commencé, vous ne pourrez plus le lâcher !! Important risque d’addiction !!!!

Un grand merci à Nathalie pour ce SP  !!!

Extraits :

"Son bras glissa autour de ma taille et une multitude de papillons se déchaîna au creux de mon ventre. Timidement, je posai ma tête sur sa poitrine. Je me lovai contre lui, concentrée sur les battements réguliers de son coeur. Je fermai les yeux quelques secondes afin de m’imprégner de son parfum irrésistible, de sa chaleur. Je savais qu’il faisait ça uniquement pour me réconforter…"

"L’homme qui se tenait sur le palier me déshabilla du regard en affichant progressivement un sourire éblouissant.
— Je ne pensais pas être accueilli de cette façon, mais ça me plaît.
Je restai bouche bée face à cette gravure de mode qui me reluquait avec un air gourmand, avant de me rendre compte que je portai une nuisette très courte, très décolletée et, surtout, à moitié transparente.
Mal à l’aise, je rougis violemment.
— Attendez-moi là une seconde, je reviens tout de suite, dis-je en lui claquant la porte au nez.
Le dos appuyé contre la porte, je secouai la tête.
Waouh, mais c’est qui ce mec ?"


"Alex me plaqua brusquement contre lui, comme s’il n’arrivait plus à se contrôler. Dès l’instant où je l’avais touché, un mélange de soulagement, de passion ardente et de bonheur, m’avait submergée. Il nous téléporta dans ma chambre et me relâcha lentement. Je perçus une pointe de regret, sans savoir si cela venait de moi ou de lui, ce qui me perturba un peu plus."

"Mon coeur palpitait alors que ses yeux me fixaient avec insistance. Ses doigts se crispèrent sur ma nuque. Ses lèvres étaient seulement à quelques millimètres de ma bouche. Au lieu de m’embrasser comme je m’y attendais, il se volatilisa. Je fermai les yeux, et lâchai un soupir de soulagement. Pourtant, cette proximité m’avait une fois de plus ébranlée..."


Sortie le 6 novembre 2013 et disponible ici
Pour lire les premiers chapitres, par ici...
Bande annonce


http://1.bp.blogspot.com/-rxWV7PGPJxA/UJZJc0PRgPI/AAAAAAAAD8M/WyPCuosZMkQ/s320/Challenge+-+IMAGINAIRE.jpg

mardi 5 novembre 2013

Pamphlet contre un vampire de Sophie Jomain




 Couverture Pamphlet contre un vampire

Résumé :

S’il y a bien un truc qui m’agace, ce sont les romans à l’eau de rose sauce vampire. Mais qu’ont-elles, à la fin, ces amoureuses de Dracula d’opérette ? Ça ne tourne vraiment pas rond chez elles et ça commence à bien faire ; il est grand temps de rétablir la vérité : les vampires n’existent pas. Comment ça, « et s’ils existent ? » ? Eh bien, s’ils existent, je vais m’occuper de leur refaire le portrait, ça changera ! Je vais jeter sur mon blog un pamphlet ; un pamphlet contre les vampires. Et si, par le plus grand des hasards, un certain Hugo Rivoire – un garçon aussi mignon qu’effrayant – décide de me faire fermer mon clapet, il trouvera à qui parler ! Parfaitement ! Sauf que mon petit doigt me dit que je risque de le regretter…

Mon avis :

Voilà un roman idéal pour l’été, frais, léger, addictif…
Ne vous y trompez pas...sous ses allures de critique de l’actuel débordement de littérature vampirique, il s'agit bien d'une romance humaine/vampire ;)
A réserver aux accros du genre ou à ceux qui ont de l'humour !!

Satine Muller, lycéenne de terminale, ne supporte plus de voir toutes ces gourdes qui lisent des histoires de beaux vampires et qui rêvent d’en rencontrer un au coin de leur rue. Elle se casse la jambe pendant l’été et a alors tout le temps d’écrire, après recherches sérieuses, un pamphlet contre ces maudits buveurs de sang, et même de créer son blog.
A la rentrée, son pamphlet a fait le tour du lycée lui réservant une certaine célébrité mais aussi les désagréments dus aux pro-vampires, et bizarrement à la bande des beaux gosses de l’établissement. Aussi, quand Hugo Rivoire, jeune homme craquant, va lui demander de retirer son pamphlet pour ne pas avoir d’ennuis, elle ne comprend pas son intérêt pour ses écrits…Pour elle, les vampires n’existent pas, pas d’autre réalité !!
Seulement…devant l’accumulation des preuves qui lui sont mises sous le nez, elle va devoir se rendre à l’évidence, loin d’être facile pour elle, que peut-être…certaines choses bizarres ont une explication !!
Tout aussi gourde qu’une certaine Bella, notre Satine va donc faire un pas en avant, 2 pas en arrière pendant un petit moment, et jouer à « tu me plais mais je ne l’admettrai jamais parce que tu es un vampire, mais les vampires n’existent pas, mais tu me plais, mais c’est hors de question de sortir avec un vampire… » jusqu’à ce qu’il la fasse taire, merci Hugo !!!
Tous les clichés classiques sont repris, le bal, la présentation à la mère qui l’adore, le conseil des vampires, les jeunes vampires…
Ici, les vampires sont juste un peu froids et ne mangent pas, ils peuvent sortir le jour sans briller, ils sont doués pour tout (la facilité d’une longue vie d’immortel), forts, rapides, et bien sûr ils sont sublimes !

C’est drôle, grinçant, mordant (oui c’était facile…) ça se lit tout seul et avec plaisir !
Le pire c’est que ça m’a donné envie de relire Twilight ^^ mais je me soigne !!!


http://1.bp.blogspot.com/-rxWV7PGPJxA/UJZJc0PRgPI/AAAAAAAAD8M/WyPCuosZMkQ/s320/Challenge+-+IMAGINAIRE.jpg


L'amour sans le faire de Serge Joncour


 Couverture L'amour sans le faire

Résumé

Après dix ans de silence, Franck téléphone un soir à ses parents. Curieusement, c'est un petit garçon qui décroche. Plus curieusement encore, il s'appelle Alexandre, comme son frère disparu des années auparavant. Franck décide alors de revenir dans la ferme familiale. Louise, elle, a prévu d'y passer quelques jours avec son fils. Franck et Louise, sans se confier, semblent se comprendre. "On ne refait pas sa vie, c'est juste l'ancienne sur laquelle on insiste", pense Franck en arrivant. Mais dans le silence de cet été ensoleillé et chaud, autour d'un enfant de cinq ans, "insister" finit par ressembler à la vie réinventée. L'Amour sans le faire, c'est une histoire de la tendresse en même temps qu'un hymne à la nature, une nature sauvage, imprévisible, qui invite à change, et pourquoi pas à renaître.

Mon avis

J'ai pu découvrir cet auteur en ayant été sélectionnée à la masse critique de Babélio, et je ne le regrette pas !!

Franck a choisi de quitter la ferme familiale il y a des années pour partir vivre à Paris et réaliser son rêve de travailler dans le cinéma, mais son boulot de cadreur n'est pas vraiment satisfaisant. Il a laissé son frère cadet Alexandre s'occuper de la ferme, mais Alexandre est mort.
Louise était la femme d'Alexandre, elle a vécu à la ferme avec les beaux-parents, puis ils se sont installés au moulin quelque temps avant le drame. Elle est alors partie vivre en ville. D'une rencontre qui n'aurait du durer qu'un soir, elle a eu un enfant, et elle l'a confié à ses anciens beaux-parents. Elle travaillait dans une usine mais est maintenant en chômage technique.

Dans la première moitié du roman, l'auteur alterne les chapitres consacrés à chacun des 2 personnages. Chacun se prépare à se rendre dans cette ferme à la campagne où ils n'ont pas remis les pieds depuis longtemps. Cela nous permet de découvrir leurs vies respectives, leurs blessures, leurs douleurs, leurs échecs...et met en évidence un parallèle, une similitude de leurs vies gâchées.
Ils ont tous les 2 été marqués par le même drame, qu'ils ont vécu chacun de leur côté en solitaire.
Ensuite ils se retrouvent là-bas tous les deux, autour de l'enfant de Louise, Alexandre, une tornade de vitalité et d'énergie de 5 ans.
Alors qu'ils ne se sont aperçus qu'une fois, le jour de l'enterrement, une évidente complicité va s'installer entre eux, entre les interdits et la culpabilité des sentiments. On est loin d'une histoire d'amour palpitante, romantique ou sensuelle, ici ce sont les non-dits, les silences et une compréhension de leurs blessures mutuelles qui vont créer un lien bien réel.
Le style de l'auteur est très agréable, poétique, envoûtant, il fait ressortir les émotions et les sentiments de façon très juste, très touchante...
Le sens de la vue est sollicité par l'usage de la caméra de Franck, les bruits et les sons sont très présents par la sensibilité des personnages qui retrouvent un environnement autrefois familier.
Et c'est dans cet endroit connu et retrouvé, qu'ils vont commencer leur reconstruction et pouvoir envisager une nouvelle vie, une promesse d'avenir...
L'auteur relate très exactement les mentalités paysannes, les rivalités entre voisins, les rancunes qui peuvent dater de plusieurs générations, le caractère bourru de cette famille...Le récit est bien ancré dans l'actualité avec l'évocation du chômage technique, reprise d'usine, délocalisation, subventions pour les plantations d'arbres...

Très belle histoire pleine de poésie, d'émotions et de sentiments, où les mots sonnent justes et vrais.

Extraits :

« Elle craindrait même de se rapprocher d'un homme qu'elle n'aimerait pas, mais qui serait là, ce serait terrible de s'habituer à sa présence, le manque que ça ferait naître si là encore, pour une raison ou pour une autre, il devait disparaître ou s'éloigner. Aimer, ce serait de nouveau s'exposer à la peur, la peur d'être dépossédée une seconde fois. Cet homme qu'elle aimait avant, il lui servait de repère et de raison d'être. Dans l'amour il y a bien plus que la personne qu'on aime, il y a cette part de soi-même qu'elle nous renvoie, cette haute idée que l'autre se fait de nous et qui nous porte. [...]
C'est toujours dangereux de miser son destin sur un homme. C'est si fragile, un homme. »

« […] quand on atteint ce genre d'arguments, c'est qu'on est tombé bien bas ; quand on en est à se dire ça, c'est vraiment qu'on est sur l'autre versant de l'amour.
Ce qui les retenait, c'était cette totale habitude qu'ils avaient l'un de l'autre, à force de rester ensemble on ne tient plus à l'autre, mais on tient par l'autre, et là, c'est beaucoup plus délicat, ça demande une énergie folle de se déprendre, ou de la haine pure, à moins de miser sur l'événement d'une nouvelle rencontre, celle qui redonne la folie de recommencer à zéro. »
 
"La curiosité, pour l'un comme l'autre, c'était de se retrouver face à un être un peu jumeau. Ils en étaient au même point. Il n'y avait presque rien à se dire, ils se comprenaient par le simple fait de regarder en soi. Souvent quand on se rencontre, on se parle, on se dit beaucoup de choses, on se livre, puis petit à petit on ne se dit plus rien, on se tait, on se devine. Là c'était comme s'ils n'avaient pas eu besoin de la première étape. Franck n'avait pas peur. Cet aveu, au contraire, le rassurait, le réconfortait. Il n'était pas le seul à se sentir perdu. Et cette complicité lui donnait ce qu'il faut de lucidité pour de nouveau tout envisager. »
 
« […] treize ans de vie commune qui n'auront accouché de rien, ils se seront d'abord aimés, ensuite ils seront restés ensemble, sas désir ni projet, et n'auront pas eu d'enfant. L'enfant, c'est toujours une manière de s'inventer une suite, de se construire un avenir, en dehors de quoi il ne reste plus rien, d'un couple une fois défait il ne subsiste plus rien, sinon des murs parfois, des souvenirs éparpillés dans la tête de chacun, mais les souvenirs, c'est rarement les meilleurs qui dominent, c'est souvent les derniers. »
 
« Franck se sentait apaisé, absorbé sur cette idée de l'instant, seul le moment compte, le reste est passé ou compromis, l'avenir une totale incertitude. »
 
« Parfois il arrive de se sentir instantanément proche d'êtres dont on n'a pas vraiment fait la rencontre, mais naturellement un lien se tisse, sans effort, sans volonté, par le seul fait d'une gigantesque coïncidence. »
 
 
« Que vous aimiez La route. ou Kathy Reichs., Faulkner. ou la fantasy., Babelio vous invite toute l’année à découvrir des critiques de livres. et à dénicher les meilleurs livres. en allant sur Babelio.com.