jeudi 27 décembre 2012

Un souffle vers l'éternité de Patricia Darré

Couverture Un souffle vers l'éternité

Résumé (Livraddict) :

La première fois que « les voix » lui ont intimé l’ordre de se lever en pleine nuit et lui ont dicté leur message en écriture automatique, Patricia Darré est allée consulter un psychiatre.

Eh bien non, elle n’est pas schizophrène ! Elle est seulement un « canal » entre l’au-delà et nous. Elle aide les âmes errantes à s’élever vers la Lumière. Elle aide les vivants à ne pas les retenir ici-bas en les pleurant trop, ou à régler certains contentieux avec eux. Elle pratique l’exorcisme après avoir suivi une formation pointue en la matière. Le tout gratuitement, car « l’argent tue le don ».

Forte de ses expériences, elle nous explique aussi comment nous pouvons nous libérer de nos peurs, de nos attaches trop matérialistes, pour devenir les artisans de notre propre bonheur. Les temps s’y prêtent : décembre 2012 ne débouchera pas sur la fin du monde, mais sur une ère nouvelle où la science et la spiritualité, enfin réconciliées, amèneront l’homme à son accomplissement.

Mon avis :

Voilà un livre qu'on n'achète et qu'on ne lit pas "par hasard" !!
Une magnétiseuse m'avait donné le nom de Patricia Darré en me disant d'aller voir sur internet, ce que j'avais fait, et je la suis depuis sur facebook. Je savais qu'elle avait écrit ce livre, mais il a fallu un événement brutal et traumatisant pour que je l'achète et le lise...

Et, incontestablement, c'est un livre qui fait beaucoup de bien et apporte des réponses !
L'auteur est médium et journaliste, elle nous explique ce qu'est un médium et comment elle a su qu'elle avait la capacité de développer ce don. Car on en serait tous capable selon elle !!
Par son expérience, ses témoignages, elle lève une partie du voile sur l'au-delà. Elle nous parle des esprits errants, des cas d'infiltration ou de possession, des fantômes, mais nous met aussi en garde contre les charlatans, les esprits maléfiques et les séances de spiritisme. Il faut rester prudent et ne pas faire n'importe quoi !
Notre vision de la mort et de l'au-delà est liée à notre culture, elle n'est pas la même partout, et la nôtre est très limitée et nous enferme dans des croyances qui bloquent notre évolution et celle des défunts.
De nombreux passages sur ses propres expériences sont particulièrement troublants, on se dit « c'est fou, c'est incroyable,...mais c'est génial...!»
Même si tout ce qu'elle dit n'est pas toujours facile à faire ni à admettre, il faut bien reconnaître qu'elle ne peut qu'avoir raison, d'autant que cette vision est confortée par de nombreux médiums.
« Appeler les morts en permanence, cela revient à les retenir, et à entretenir les vivants dans une démarche stérile. Il faut que les vivants continuent d'aimer les défunts en respectant leur liberté, qu'ils pensent à eux avec sérénité et en gardant le sourire, et qu'ils leur dédicacent les belles choses qu'ils vivent sans eux. »
Ici, pas de notions scientifiques prise de tête auxquelles on ne comprend rien, pas d'énumérations de noms ou de classifications de hiérarchies d'anges gardiens, tout est clair et simple. Il se lit comme un roman et répond très facilement aux questions qu'on peut se poser !

Un livre qui donne un grand souffle d'air frais et d'espoir...en attendant l'éternité...
Merci Patricia ♥
 
Citations :
 
« Pour entrer en communication avec un mort, il faut être en mesure de capter sa fréquence. L'émetteur et le récepteur doivent être tous les deux sur « la même longueur d'onde »...au sens propre du terme. Morts ou vivants, nous émettons ou captons une échelle de vibrations limitée. Quand une communication est établie, c'est qu'il existe une similitude et une correspondance entre les fréquences du mort et celles du médium. »
 
« Il ne sert à rien de connaître les noms de ses anges gardiens. Par contre, il est utile de savoir, que certains morts se relaient autour de nous pour nous protéger, ce qui leur permet également d'évoluer de leur côté. Retenons que plus on prend conscience de leur présence, plus leur aide est facilitée et efficace. A l'inverse, plus on se sent seul et démuni, plus il est difficile pour eux de nous aider. »
 
"C'est une loi d'attraction que l'on peut également constater chez les vivants nous nous entourons des personnes avec qui nous avons des affinités, avec qui nous sommes « sur la même longueur d'onde ». Quand on a spontanément des « atomes crochus » avec quelqu'un, le « courant passe » naturellement. Au contraire, on peut ressentir une répulsion ou une animosité particulière au contact d'autres personnes. D'un oint de vue vibratoire, cela correspond à des fréquences communes ou fort différentes, les unes s'attirent et s'harmonisent tandis que les autres se repoussent. En ce qui concerne les morts, lorsqu'ils se regroupent, c'est toujours avec des esprits du même niveau vibratoire. […] La filiation ne suffit pas, seule compte la vibration. Ce n'est pas parce qu'une personne faisait partie de votre famille ou de votre entourage proche que vous la retrouverez de l'autre côté le moment venu. »
 
« Il y a une réelle interaction entre ceux qui partent et ceux qui restent. Les sentiments et l'état d'esprit des uns influent sur les autres et réciproquement. […] Quand les vivants s'enferment dans la tristesse et la culpabilité, ils retiennent ceux qui viennent de partir. Plus on se sent bien et l'on reprend une vie normale, plus on aide nos morts à passer et à continuer leur évolution dans la sérénité. »
 
« La mort de proches, ainsi que de tout être, fait partie d'un plan plus global que chaque âme a programmé à l'avance afin de poursuivre son évolution dans une dimension autre que celle de la matière. Et nous qui sommes restés, nous devons de la même façon continuer d'avancer pour vivre des expériences que nous n'aurions pas connues si la personne n'était pas décédée. La mort, de ce point de vue-là, n'est donc pas une fin définitive et irrémédiable pour celui qui part, ni une punition pour celui qui reste, elle est une opportunité pour les deux de vivre des expériences nouvelles et nécessaires à l'évolution de chacun. »
 
« L'Homme est en réalité un souffle de l'univers qui préexiste à sa naissance, l'habite de son vivant, et survit à sa mort physique. C'est un souffle d'éternité qui nous anime. »

jeudi 20 décembre 2012

Challenge Littératures de l'imaginaire 2013

Voilà...j'avais dit plus de challenges en 2013, c'est pas la peine, je suis lamentable, je n'y arrive pas !!!
Seulement quand j'en trouve un comme ça, pas contraignant du tout, ma foi, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis :p
Donc, je me suis inscrite à ce challenge parce qu'il n'y a pas de liste à établir ni à respecter, et que c'est la catégorie que je lis le plus !!
Et comme je ne suis pas trop maso, je commence par un échelon 1, lire 12 livres en imaginaire, ça doit être faisable !!

Voilà le rappel des règles de Crunches sur Livraddict :

Le challenge se déroulera sur un an, soit jusqu'au 4 novembre 2013.

Le but de ce challenge est de lire des ouvrages appartenant à la littérature de l'imaginaire, à savoir :

- la Fantasy
- la Science-Fiction
- le Fantastique
- les genres dérivés comme la dystopie, la bit-lit etc....

Les ouvrages peuvent être des romans, des nouvelles, des essais, des mangas, des bandes dessinées... En format papier ou numérique.

Qui peut participer ?
Eh bien tout le monde et n'importe qui.... Enfin... sous réserve d'avoir un blog où poster ses chroniques !

Pour vous inscrire, il vous suffit de laisser un commentaire sur ce billet (ou sur celui de Thibaut) avant le 1er janvier 2013 ! Laissez nous votre pseudo, un lien vers un article de présentation de ce challenge et surtout l'échelon que vous choisissez !

Quelles sont les règles ?
En début de challenge vous choisissez un échelon. Celui-ci détermine le nombre minimum d'ouvrages que vous devrez lire pendant le challenge. Vous pouvez changer d'échelon au cours du challenge, il faudra juste nous prévenir.

Échelon 1 : Atterrissage dans l'irréel : au moins 12 livres
Échelon 2 : Petit pas dans l'ailleurs : au moins 24 livres
Échelon 3 : Plongée dans l'inconnu : au moins 36 livres
Échelon 4 : Immersion dans le vide : au moins 48 livres
Échelon 5: Absorption dans l'étrange : au moins 60 livres

Une fois que vous avez lu et chroniqué un ouvrage, laissez un commentaire (sur mon blog ou chez Thibaut) en nous donnant :
La série, Tome X : Titre de Auteur, suivi du lien vers votre chronique.

 http://1.bp.blogspot.com/-rxWV7PGPJxA/UJZJc0PRgPI/AAAAAAAAD8M/WyPCuosZMkQ/s320/Challenge+-+IMAGINAIRE.jpg

mardi 11 décembre 2012

Insaisissable, Tome 1 : Ne me touche pas de Tahereh Mafi

Couverture Insaisissable, tome 1 : Ne me touche pas

Résumé :

“Ne me touche pas” je lui murmure. Je mens mais ne lui dis pas. J’aimerai qu’il me touche mais ne lui dirais jamais. Des choses arrivent quand on me touche. Des choses étranges. De mauvaises choses. Des choses mortelles.
Juliette est enfermée depuis 264 jours dans une forteresse pour un accident. Un crime. 264 jours sans parler ni toucher personne. Jusqu’au moment où un gardien vient partager sa cellule. Derrière sa nouvelle apparence, elle le reconnaît : c’est Adam, celui qu’elle aime en secret depuis toujours.

Mon avis :

Voilà un roman qui faisait déjà beaucoup parler de lui avant sa sortie, je comprends mieux pourquoi ! Je n’avais jamais trop lu le résumé ni les avis en détail, une bonne chose ! La 4ème de couverture avait suffi à m’inspirer, et du coup, j’ai eu la chance de le lire en partenariat avec Livraddict et les éditions Michel Lafon.

Premier point : je ne m’attendais pas vraiment à ce genre d’histoire, je pensais plus avoir affaire à du fantastique alors qu’on est en pleine dystopie, et pas inintéressante d’ailleurs !
Une civilisation qui ressemble beaucoup à ce que pourrait être la nôtre dans peu de temps…Dommage que cet aspect-là soit seulement esquissé dans ce tome, mais je pense qu'il ne sert que d'introduction à l'univers du prochain. Les éléments donnés sur la fin sont très révélateurs de l'esprit éclairé de l'auteur...

Juliette a 17 ans et est enfermée dans un asile qui ressemble plus à une prison, car elle détient un pouvoir particulier, elle peut tuer quelqu’un en le touchant…On lui assigne un nouveau codétenu, Adam, qui lui pose des questions, cherche à la connaître. Très vite, elle va reconnaître en lui un ancien copain d’école. Elle recommence à se sociabiliser en sa présence.
Mais en fait Adam est un soldat au service du Rétablissement et du chef du secteur, Warner.
Un jour, elle est emmenée à Warner, qui veut se servir d’elle et de son pouvoir. Il lui offre le luxe et la sécurité, une nouvelle vie pour se venger des humiliations qu’elle a toujours subies, en échange de sa coopération. Elle refuse, elle ne veut pas faire de mal ni tuer. Pour sortir de cette violence, peut-elle faire confiance à quelqu'un et à qui ?

Juliette a toujours été mise de coté à cause de sa différence et du danger qu’elle représente, tout le monde l’a toujours considérée comme un monstre et c’est ce qu’elle pense être. Sa vision d’elle-même est intimement liée à celle des autres. Elle ne connaît que le rejet ou la peur de la part des autres.
Mais Adam va lui faire modifier sa vision d’elle-même et du monde...
Encore une fois, on assiste à une transformation par l’amour. L’amour d’Adam va permettre à Juliette de faire ses propres choix et même de prendre des décisions cruciales quand il ne sera pas en état de la guider. Et surtout elle n’est plus une paria, elle est aimée !

L’auto-censure des pensées et des paroles est ici traitée de façon originale, puisque ce qu’elle pense et ne dira pas est écrit, rayé, et remplacé. Elle tente de contrôler tout ce qu’elle peut dire. Au début, beaucoup de phrases sont écrites et rayées et plus on avance dans le livre, plus Juliette prend confiance en elle et fait confiance à d’autres, moins il y a de phrases ou de mots rayés…
Les chiffres sont très présents, surtout au début, ils encadrent et sécurisent l’univers de Juliette, ils sont son rempart contre la folie. Le chiffre 3 notamment se retrouve partout et principalement dans les mots ou morceaux de phrases qu’elle se répète, comme des prières, une allusion à la Trinité ?

L’écriture est magique, envoûtante, les symboles forts…l’oiseau dont elle rêve et qu’Adam s’est fait tatouer, illustre le lien puissant qui s’est créé entre eux, même quand ils étaient séparés, en plus de représenter la liberté et l’espoir.

Amour, liberté, espoir, pouvoir, folie, violence, peur, mais aussi poésie, font de ce roman une histoire magnifique et poignante, où j'ai été très souvent émue aux larmes, saisie par la beauté des mots et des images ! Enorme coup de coeur ♥ !

Un grand merci à Livraddict et aux éditions Michel Lafon !!

Citations :

 "- Alors, pourquoi tu ne me dis pas ton nom ?
Il se penche et je me fige.
Je dégèle.
Je fonds.
Je murmure :
- Juliette. Je m’appelle Juliette.
Ses lèvres s’adoucissent en un sourire qui craquelle ma colonne vertébrale. Il répète mon nom, à croire que ça l’amuse. Ça le distrait. Ça l’enchante.
En dix-sept ans, personne n’a jamais prononcé mon nom comme ça."

« La terre est plate.
Je le sais parce qu’on m’a poussée dans le vide et ça fait dix-sept ans que j’essaye de me cramponner au bord. J’essaye de remonter depuis dix-sept ans, mais c’est presque impossible de vaincre la pesanteur quand personne n’est prêt à te tendre la main.
Quand personne ne veut courir le risque de te toucher. »

« La lune est une compagne fidèle.
Elle ne te quitte jamais. Elle veille, tenace, connaît nos parts d’ombre et de lumière, change au gré de nos humeurs. Chaque jour, elle offre une version différente d’elle-même. Tantôt faible et blême, tantôt forte et resplendissante. La lune sait ce que c’est que d’être humaine.
Incertaine. Seule. Grêlée d’imperfections. »
 
« Je retiens mon souffle et mes yeux sont écarquillés, prisonniers de l’intensité de son regard. Je ne peux pas les détourner. J’ignore comment battre en retraite. »

« L’audace me tente, j’ai mal, j’ai mal, j’ai mal, j’en crève de vouloir toujours ce que je ne pourrai jamais avoir. »

« De toutes mes forces, j’ai tenté de ne plus penser à lui.
De toutes mes forces, j’ai essayé d’oublier son visage.
De toutes mes forces, j’ai cherché à chasser ces yeux bleus, bleus, bleus de ma tête, mais je le connais, je le connais, je le connais. Je l’ai vu pour la dernière fois il y a trois ans. Je ne pourrai jamais oublier Adam. »
 
« Le Rétablissement a promis un avenir trop parfait pour être réalisable et la société était trop désespérée pour ne pas y croire. Les gens n’ont jamais compris qu’ils confiaient leur âme à un groupe déterminé à exploiter leur ignorance. Leur peur. »

« Ses mains m’attirent à lui et mon visage se plaque contre sa poitrine, et le monde devient soudain plus éclatant, plus grand, plus beau. Le monde signifie soudain quelque chose pour moi, l’existence éventuelle d’une humanité signifie quelque chose pour moi, tout l’univers se fige et tourne dans l’autre sens, et je suis l’oiseau. Je suis l’oiseau et je prends mon envol. »

« L’espoir m’enlace, me tient dans ses bras, en chassant mes larmes et en me disant qu’aujourd’hui, demain, dans deux jours j’irai très bien, et ça m’exalte tellement que j’ose en effet y croire. »

« Ses mains tremblent de manière imperceptible, ses yeux débordent de sentiments, son coeur palpite de douleur et d'affection, et je veux vivre là, dans ses bras, dans ses yeux pour le restant de mes jours."
"Je voulais juste t'entendre parler. Je voulais que tu me voies, que tu me souries. Chaque jour sans exception, je me promettais de te parler. Je voulais que tu saches. Mais chaque jour, j'avais la trouille. Et un beau jour, t'as disparu.[...] ça a l'air dingue, reprend-il enfin d'un ton si calme. De penser que je tenais autant à toi sans jamais t'avoir parlé. (Il hésite.) Mais je ne pouvais pas m'arrêter de penser à toi. De me demander où tu étais partie. Ce qui t'était arrivé."
 
« Je suis à court de mots. J'ai des lettres plein les poches, mais je suis incapable de les assembler, et je crève tellement d'envie de dire quelque chose que je ne dis rien, et mon coeur va éclater en jaillissant de ma poitrine."
 
« Ses yeux évoquent un instant, au coeur de la nuit remplie de souvenirs, les seules fenêtres à s'ouvrir sur mon monde. »
 



jeudi 6 décembre 2012

Le faire ou mourir de Claire-Lise Marguier

Couverture Le faire ou mourir



Résumé :

Damien est un garçon trop sensible, méprisé par ses copains de classe depuis toujours et incompris de ses parents. Dès l’arrivée dans son nouveau collège, il se retrouve par miracle sous la protection de la bande de gothiques et de son leader, Samy, un garçon lumineux, intelligent et doux, en dépit de son look radical. Très vite, Damien devient Dam, adopte piercings et vêtements noirs et, surtout, trouve auprès de Samy un véritable ami, et peut-être plus, au point de déclencher des représailles chez son père, contre ces « mauvaises fréquentations ». Au fur et à mesure des pages, le lecteur découvre la profondeur de la souffrance de Dam : depuis longtemps il a pris l’habitude de se scarifier les cuisses, incapable qu’il est d’exprimer sa souffrance et sa solitude. Il lui faut chaque soir « libérer son sang » pour se sentir mieux. « Tant que je saigne, je suis vivant », dit-il. Car Dam a peur, de tout le monde et surtout de lui-même. Samy, à l’inverse, est un garçon bien dans sa tête et dans son corps, et sait dire très naturellement son attirance pour Dam. Les deux garçons finissent par s’afficher ensemble au collège et tant pis si on les traite de « lopettes satanistes ». Résistant à la colère paternelle, Dam retrouve Samy en cachette, pour parler, écouter de la musique et s’embrasser. L’amour entre les deux garçons est si puissant qu’on pourrait espérer qu’il libère Dam de sa souffrance. Le jour de son anniversaire, les deux garçons se retrouvent dans sa chambre et le titre du roman trouve enfin son explication : faire l’amour pour la première fois… ou mourir.

Mon avis :


Quelle agréable surprise que ce petit livre !! Je pensais avoir affaire à une histoire vraiment trop ado mais les avis que j’avais lus m’avaient poussée à m’inscrire au livre voyageur proposé par Laeti sur Club de lecture.

Damien (Dam) est un ado de 15 ans mal dans sa peau, renfermé, souffre-douleur de la bande des skateurs de son bahut, incompris par ses parents… Il pleure beaucoup, il a la trouille de tout et de tout le monde, mais encore plus de ses émotions et de ses ressentis. Alors quand Samy le défend et l’intègre à sa bande de gothiques, Damien découvre des sentiments nouveaux auxquels il doit faire face. Ses nouveaux amis ont un look et un comportement différent, ils ne jugent pas, ils l'acceptent comme il est, montrent leur affection...
Ce livre parle très clairement d’homosexualité mais avant tout d’amour et de sensibilité.
Le récit peut paraître un peu brouillon au début et surprend : il est écrit au passé car c’est Damien qui raconte comment s’est passée son histoire, le style est entièrement narratif, pas de dialogues avec des retours à la ligne…mais malgré tout, il se lit très vite et très facilement !
Le fait que le récit soit écrit à la première personne nous aide à comprendre la psychologie du personnage, ce qui le pousse à agir, ses peurs, sa souffrance...on les vit avec lui.
Il est aussi question d’éducation ici. Dam a une famille qui ne s’occupe pas de lui, sauf pour le critiquer, une mère soumise, une soeur égocentrique, un père autoritaire et dur. Il ne veut pas qu’il fréquente Samy et le punit sans arrêt. Samy, au contraire, vit avec une mère très affectueuse, qui le comprend, le soutient et avec qui il peut tout partager, ce qui le rend très équilibré.
On assiste à l’évolution de Dam jusqu’à la transformation salutaire par l’amour qui va lui sauver la vie et modifier son destin, d’où le titre « Le faire ou mourir » : l’importance du choix, qui peut tout faire basculer d’un côté ou de l’autre. La mise en scène de cette fin alternative est vraiment très réussie...
La complexité des sentiments qui s’applique ici à l’adolescence, peut se vérifier à tout âge, dès l’instant où, comme Dam, on a une « conscience aiguisée » des choses.
Vivre et exprimer l'amour est libérateur tout comme l'écriture, les mots sonnent justes et vrais.

Un très beau roman donc, tout en sensibilité et en recherche de soi, sur un thème très actuel que beaucoup de gens devraient lire !!

Citations :
 
« Tu réfléchis toujours à ce que les autres vont penser, il a dit Samy. Mais tu te demandes jamais de quoi t’as envie. Je t’entends jamais dire ce que tu ressens ou ce qui te ferait plaisir. C’est drôle quand même. Tu es le premier intéressé. »

« Je sais pas de quoi j’ai envie. Je sais jamais ce que je pense, ce que je ressens, ce que je dois décider ou choisir. Ça m’angoisse à mort de trancher. J’ai beau réfléchir, je sais pas qui je suis ni qui j’aimerais être. J’ai beau chercher j’ai pas de but, pas de projets. J’arrive pas à imaginer mon avenir comme si…comme si d’y penser ça pouvait le faire disparaître. J’ai beau essayer, Samy, je me sens vide et sans intérêt… »
 
« Samy a toujours cet effet sur moi. Dès qu’il me touche comme ça je me sens vivant. Je sens que j’existe et qu’il y a des possibilités d’avenir. Qu’il y a une chance, même une toute petite chance que j’arrive un jour à être heureux. »

 

mardi 4 décembre 2012

Queen Betsy T.1 Vampire et célibataire de MaryJanice Davidson





Couverture Queen Betsy, tome 01 : Vampire et célibataire


Résumé :

Elle voulait juste être la reine du bal...
Elle va devenir la reine des vampires !
À son réveil à la morgue, Betsy Taylor découvre qu'elle est un vampire. Même si sa nouvelle condition possède de nombreux avantages, elle a bien du mal à s'habituer à son régime à base de liquide. Et même si sa mère est ravie d'apprendre que la mort ne lui empêchera pas de lui rendre visite, ses nouveaux amis nocturnes, eux, ont la conviction ridicule qu'elle est la reine annoncée par la prophétie.

Mon avis :

J'ai découvert cette série et ce premier tome grâce à Anne-Sophie qui l'avait mis en Livre voyageur sur Club de Lecture. Je ne m'attendais pas vraiment à ça et il m'a fallu un petit moment pour m'habituer...

Betsy, Elizabeth Taylor de son vrai nom, meurt accidentellement et se réveille à la morgue, elle est devenue un vampire ! Mais elle compte reprendre sa vie là où elle l'a laissé et va voir tous ses proches pour leur annoncer qu'elle est toujours là. Etrangement, ça n'a pas l'air de choquer grand monde, à part son père, les autres prennent ça comme si tout était normal !!
A ce niveau, j'ai trouvé ça super bizarre, je me suis demandée dans quoi j'étais tombée, entre chick-lit ou parodie vampirique, je n'ai pas du trouver le bon degré de lecture !
Heureusement, les vrais vampires ne tardent pas à débarquer et à sauver l'histoire en expliquant à la nouvelle les codes auxquels elle devrait se soumettre. Or, Betsy est très différente d'eux, elle n'est pas obnubilée par le sang, n'a pas besoin de se nourrir aussi souvent que les autres, ne craint pas l'eau bénite ni les croix, ne flambe pas au soleil, etc, ce qui ferait d'elle la reine tant attendue d'une prophétie. Seulement elle ne tient pas du tout à ce statut, c'est une blonde, le vrai cliché, idiote et superficielle, et tout ce qui l'intéresse ce sont les dernières chaussures de créateur à la mode !
Tout ce que j'ai pu apprécier de son personnage, c'est quelque-unes de ses réparties cinglantes et amusantes, le reste du temps, elle m'a juste franchement gonflée !
A mon grand soulagement, le sublime vampire mâle de l'histoire remonte le niveau et permet de donner un peu de piquant à la sauce...ouf, un vampire normal, si je puis dire !! Eric Sinclair est vraiment superbe, élégant, sophistiqué, et...torride, bien entendu ;)
Les amis humains de Betsy, Jessica et Marc sont plutôt sympas, en tous cas beaucoup plus équilibrés qu'elle, ils apportent un peu de réalisme.

Léger, distrayant, amusant, même si j'ai déjà lu plus drôle dans le genre, je lirai la suite à l'occasion, mais pas forcément en priorité...

jeudi 22 novembre 2012

Les larmes rouges T.1 Réminiscences de Georgia Caldera


Résumé :

« Le temps n’est rien…
Il est des histoires qui traversent les siècles… »

Après une tentative désespérée pour en finir avec la vie, Cornélia, 19 ans, plus fragile que jamais, est assaillie de visions et de cauchemars de plus en plus prenants et angoissants.
Elle se retrouve alors plongée dans un univers sombre et déroutant, où le songe se confond à s’y méprendre avec la réalité.
Peu à peu, elle perd pied…
Mais, la raison l’a-t-elle vraiment quittée ? Ces phénomènes étranges ne pourraient-ils pas avoir un lien quelconque avec l’arrivée de ce mystérieux personnage dans sa vie ? Cet homme qui, pourtant, prétend l’avoir sauvée, mais dont le comportement est si singulier qu’il en devient suspect… Et pourquoi diable ce regard, à l’éclat sans pareil, la terrorise-t-il autant qu’il la subjugue ?!

Mon avis :

J'ai découvert le roman de Georgia à la convention Vampire Diaries de mai 2011, où elle était déjà présente avec son manuscrit...le livre est sorti en novembre 2011, je ne l'ai acheté qu'en mai de cette année à la 2ème convention où elle a pu me le dédicacer, et il a fallu la LC organisée par kincaid40 sur Livraddict et la rencontre pour que je me plonge dedans. J'espère ne pas trop spoiler, ce n'est pas évident, d'en dire un peu sans en dire trop, tellement c'est riche...

A 19 ans, Cornélia n'a aucune raison de vivre. Sa mère est morte, sa meilleure amie également, son père ne s'occupe pas d'elle, elle n'a pas d'amis...Elle a l'impression de sombrer dans la folie, elle entend une voix dans sa tête qui l'encourage à en finir avec la vie, et elle saute d'un pont.
Seulement, elle se réveille à l'hôpital, son père maintenant à ses petits soins, lui apprend qu'un inconnu l'a sauvée. Il lui annonce qu'ils vont partir à la campagne, dans le manoir de ses grands-parents à Rougemont pour qu'elle puisse se reposer au calme.
Tout va bien jusqu'à ces affreux cauchemars et visions qui la paniquent.
On sent la tension monter au fil des chapitres, on commence à paniquer avec Cornélia et à se demander ce qui lui arrive, c'est diablement bien mis en scène...surtout quand les marques « Tu m'appartiens à tout jamais » apparaissent dans son dos, c'est bien flippant !! Qui lui a fait ses marques ? Quand ? Comment ?
Et puis elle apprend que l'inconnu qui lui a sauvé la vie habite le même village, il s'agit d'Henri de Maltombes, le châtelain dont tout le monde se méfie et a peur... Elle va le remercier, et est tout de suite fascinée par cet homme sublime et mystérieux (je la comprends : un châtain foncé aux yeux bleus ♥), mais elle est aussi troublée par le château qu'elle a l'impression de connaître...
Pourquoi ne se sent-elle bien qu'en présence d'Henri ? Quel lien semble les unir ? Et qui est-il ??
Elle va se mettre à faire des rêves étranges, qui ont l'air très réels, dans lesquels elle se voit si semblable et en même temps différente, à une autre époque, dont Henri fait partie également.
Ce va-et-vient entre ses rêves, qui sont en fait les réminiscences d'une vie antérieure, et la réalité de sa vie actuelle, se mêlent à merveille pour lui faire comprendre qui elle est et l'aider à devenir celle qu'elle doit être. On se n'y perd pas une seconde, tout est parfaitement maîtrisé !
Malgré ses 19 ans, Cornélia est extrêmement naïve et innocente, son comportement de la fin n'en est que plus inattendu et explosif, et j'ai hâte de voir cette évolution sur un plan plus personnel dans sa relation avec Henri...
J'avoue que son caractère m'a un peu saoulée quelquefois...quand Henri lui dit qu'elle ne va pas supporter certaines scènes, mais qu'elle insiste pour être avec lui, et qu'au final, elle lui en veut parce qu'elle n'a pas supporté...grrrrr !!!!
Sinon, sa curiosité maladive m'a amusée la plupart du temps, elle ne peut pas s'en empêcher, quitte à faire des gaffes !
Henri...et bien, encore un personnage masculin parfait ;) trop peut-être...il cède trop facilement tout à Cornélia et est toujours à ses petits soins, c'est agaçant parfois, mais on comprend très bien ses réactions et ses sentiments, alors on lui pardonne :)))))
L'écriture est magnifique, les descriptions superbes, les émotions palpables, on sombre dans la folie avec Cornélia et on attend avec impatience que se déclenche le côté obscur de la force ;) !
Mention spéciale pour la remarquable couverture qui a été réalisée par Georgia, puisqu'elle est illustratrice de formation, double talent donc...

Une histoire inédite, un univers original, des vampires, une vie antérieure, un roi puissant, un prince qui ressemble à celui de nos rêves, du romantisme « à l'ancienne », tout est conçu du début à la fin pour nous plonger dans un monde angoissant, palpitant et envoûtant qu'on ne peut pas lâcher !! Un coup de coeur !!

Citations :

« Il était étonnant de voir à quel point certaines choses pouvaient s'ancrer profondément dans la mémoire tandis que d'autres ne faisaient que passer, l'effleurant à peine... »

« Son calme apparent et son air froid, distant et impassible, étaient troublants, voire même déstabilisants. Tout comme l'était son regard...Celui-ci était à la fois magnifique et captivant, mais également tourmenté, et possédait comme une espèce de lueur mélancolique, profonde et indescriptible. »

« Elle ressentit alors quelque chose d'étrange face à ce mystérieux inconnu, comme une sorte d'attirance prééminente et inexplicable. »
 
« De toute façon, cesser de voir le vampire était devenu totalement impossible, elle avait besoin de lui, besoin de ses réponses et de son aide...Depuis qu'elle avait fait sa connaissance, sa vie avait été complètement chamboulée, ses certitudes et ses convictions, avaient été ébranlées, bouleversées pour toujours. Jamais elle n'aurait cru à l'existence d'être de la sorte, ni pouvoir éprouver la moindre compassion à l'égard de ce dernier. Et pourtant...Ils avaient un passé en commun, et cela, malgré tout, c'était un lien unique et puissant, contre lequel elle ne pouvait lutter. Qui plus est, son quotidien était devenu tellement extraordinaire depuis qu'elle l'avait rencontré, parfois effrayant mais si palpitant. Sa vie commençait seulement à devenir intéressante, pour rien au monde elle n'abandonnerait cela. »

« Elle était comme subjuguée, envoûtée par ce sourire, qui, à l'image de tout le reste, paraissait à la fois familier et étranger. Le temps semblait s'être arrêté et les problèmes envolés. Plus rien n'avait d'emprise sur Cornélia, seuls comptaient cette danse magique et délirante, et le regard du vampire. »

« Une petite flamme, qui, au bout du compte, avait sans doute toujours été là, tordait plus que jamais son estomac, se consumant en elle, plus vive et plus ardente que jamais, lui révélant désormais la vraie nature de ses sentiments envers Henri... »
 
"C'est une souffrance terrible, insidieuse, une souffrance de chaque instant, que de sentir renaître au fond de ce vieux corps dépourvu de vie qu'est le mien, les cendres de ces maudits sentiments ; que de sentir repartir au creux de ma poitrine ce feu dévastateur et dément que je croyais à jamais éteint..."


La rencontre sur Livraddict


mardi 20 novembre 2012

La coupable de la Chandeleur de Judith Rapet



Ce livre était dans ma PAL depuis déjà longtemps, il en est sorti parce qu'une rencontre avait été organisée avec l'auteur à Chartuzac le 10 novembre par notre petite association Les P'tits Loisirs Chartuzacais.

La question qu'on se pose toujours en lisant ce genre de livres, c'est quelle est la part de vérité historique et de roman. La note finale nous l'explique déjà mais Judith a pu approfondir.
Marguerite est un personnage qui a réellement existé, tout comme les lieux et les autres personnages cités, tous les noms ont été conservés.
L'histoire se déroule en 1768. Après un an de deuil suite à la mort de son père, Marguerite va passer la veillée de la Chandeleur chez des cousins, elle boit un peu de vin, et ose soutenir le regard d'un jeune homme qui lui plait bien, alors qu'une jeune femme doit baisser les yeux. Il la raccompagne très galamment et elle lui dit innocemment qu'elle est seule à la maison, sa marâtre étant sortie, que le verrou de sa fenêtre ne ferme pas et qu'elle n'est pas rassurée car des voleurs sévissent dans les parages. Marguerite a perdu sa mère très jeune, elle a été élevée par son père, personne ne lui a jamais expliqué « les choses de la vie ». Il faut vraiment comprendre ce contexte-là parce qu'elle est tellement naïve et innocente que ça nous paraît incroyable ! A cette époque, on ne montrait pas de tendresse ni d'affection entre parents et enfants, ni dans les couples, et rien ne se disait.
L'information du verrou ne tombe pas dans l'oreille d'un sourd, et Jean Mesnard va entrer dans la nuit par sa fenêtre et la violer. Elle ne comprend pas ce qui se passe et croit qu'il la demandera en mariage plus tard. Marguerite va bien se rendre compte que son sang ne coule plus tous les mois mais elle ne s'en soucie pas trop, elle a déjà vécu des arrêts suite à un choc ou au temps...Même quand elle va grossir, c'est à cause des fèves qu'elle a mangé, ou de la rétention d'eau...Quand les femmes du village commencent à lui dire qu'elle est « grosse » (enceinte), elle s'en défend et dit que ce ne sont que de mauvaises langues. Mais à l'époque, il fallait faire une déclaration de grossesse auprès du procureur pour être en règle et celles qui ne le faisaient pas pouvaient être accusées d'infanticide si l'enfant était mort-né ou mourait peu après la naissance.
Marguerite va accoucher d'un enfant mort-né, qu'elle va vouloir faire disparaître au lavoir.
Mais les femmes ne sont pas tendres entre elles, au contraire, ce sont les premières à la dénoncer après son accouchement. Elle sera condamnée à être pendue...

Précision apportée par Judith : C’est un édit promulgué en 1556 par le roi Henri II qui obligeait toute femme veuve ou célibataire à déclarer son état de grossesse sous peine d'être poursuivie en crime d'infanticide en cas de décès de l'enfant.
 
Le déni de grossesse est un sujet qui est tristement revenu dans l'actualité depuis quelques années. Ici, on voit Marguerite passer de la naïveté au déni, car même quand toutes les femmes lui disent et que la matrone l'examine et le confirme, ce n'est toujours pas possible pour elle.

Le roman met en avant la condition féminine de cette époque ; la femme n'était rien. Il fallait être mariée et faire des enfants, toutes les autres étaient condamnables ! Celle qui était célibataire était mal vue, celle qui tombait enceinte sans être mariée ou promise était une catin...
La déclaration de grossesse était un acte dégradant pour celles qui devaient s'y soumettre : il fallait avouer avoir connu un homme, ou avoir été abusée, donner son nom pour qu'une enquête soit ouverte...mais sans témoins, on laissait l'homme tranquille, il n'était pas reconnu coupable, pas obligé d'épouser la femme ou de lui verser quelque chose.

Judith a eu accès aux archives des minutes du procès de Marguerite et c'est ainsi qu'elle a pu reconstituer toute son histoire. Dans son malheur, Marguerite aura eu la chance de rencontrer un avocat sensible à sa cause, c'est une exception.

C’est un livre poignant qui nous montre que les femmes étaient condamnées à être malheureuses, seulement parce qu’elles étaient des femmes. Elles devaient se soumettre à un monde d’hommes, une justice d’hommes. Pas de place pour les rêves et les sentiments, la moindre incartade pouvait être fatale !

Judith Rapet est aussi l'auteur de Michelle la Rebelle, La rançon des amants aux éditions Souny
Merci Judith pour cette rencontre enrichissante !!


dimanche 4 novembre 2012

Angela T.1 Mortel secret de Julia M. Tean

Couverture Angela, tome 1 : Mortel secret / La mort est ma raison d'être

Résumé :

Depuis qu'Isaac Hayden est entré dans ma vie, rien n'est plus pareil. Il est beau à se damner, mystérieux, sombre et il va mourir. Je le sais, je l'ai vu, comme j'ai vu mourir ma mère et ma meilleure amie. J'ignore si cette fois je serai assez forte pour combattre la mort, mais je suis prête à tout pour sauver ce bel étranger. Même si je dois me brûler les ailes...

Mon avis :

Oui, j'ai déjà lu Angela, la première version auto-éditée, que j'avais adorée ! Suite à ce coup de coeur, j'ai fait la connaissance de Julia, d'abord virtuelle puis réelle, à Paris, et je lui avais assuré que son roman trouverait son éditeur...et bien voilà, c'est le cas, puisqu'elle a été édité chez Rebelle, et c'est donc cette version que je viens de lire ! Quand je l'ai reçu et que je l'ai ouvert la première fois, feuilleté vite fait, j'ai été touchée de voir mon nom dans les remerciements...mais j'en reparlerai...
 
Je ne vais pas résumer l'histoire à nouveau, mais plutôt essayer de mettre les 2 versions en parallèle car c'est intéressant de voir qu'une seconde lecture, même un peu modifiée, nous apporte un nouvel éclairage et des éléments nouveaux !
La version Rebelle a été retravaillée par-rapport à la première, Julia a modifié des mots, des phrases et a ajouté des passages entiers dans les moments-clés.
J'adore toujours autant son style, sans doute même plus, car les phrases qui ont été coupées donnent plus de rythme au récit, et la poésie de ses mots m'emporte toujours très loin !
 
Cette évidence entre Angela et Zack, les sentiments contradictoires que suscite leur relation, sont encore plus explicites et ont réussi à me toucher de nouveau !
Julia joue avec tous nos sens et les met en éveil. Dès l'arrivée d'Isaac, notre odorat est sollicité, puis la vue, le toucher, le goût, l'ouïe...tout y passe ! C'est un tourbillon de sensations agréables et désagréables qui nous plonge dans son histoire et qui s'intensifie au fil de la transformation d'Angela.
Elle joue aussi à merveille sur les contrastes : l'éblouissante clarté de la neige cache la noirceur d'un monde invisible au commun des mortels, les êtres les plus beaux ne sont pas les meilleurs, ceux qui paraissent repoussants sont prêts à se sacrifier...
Je crois que j'avais raté un personnage important la première fois : la neige ! Cet élément capital, qui va provoquer le changement radical du monde ordinaire d'Angela. La neige, qui transforme les sensations - la lumière est différente, plus éblouissante, elle aveugle, les bruits sont assourdis - , et qui contribue à créer le mystère.
Angela ne s'étonne pas des éléments fantastiques qui entrent dans sa vie...certes, mais quand on peut prévoir la mort de ses proches, voir leur aura quand ils vont mourir et qu'on se croit maudite, il faut avouer qu'il n'y a plus de quoi s'étonner, non ?! Au contraire, c'est plutôt rassurant ! Mais c'est sans doute une question de point de vue !
Certaines critiques lui reprochaient la complexité de son univers pas toujours très clair, et bien voilà qui est corrigé, les nouveaux passages permettent de mieux cerner cet univers qu'elle a créé, il y a plus de détails et d'explications.

L'amour éternel, l'immortalité, l'amitié, le courage, la destinée (devenir qui l'on doit être), la protection de nos anges, autant de thèmes que j'affectionne et qui m'enchantent...
Alors, c'est moi qui te remercie Julia, de nous envoûter avec la beauté de tes mots, et merci aux anges gardiens qui te guident dans cette merveilleuse aventure !
Et n'oublie pas que j'attends toujours qu'on se le boive, ce champagne !!!!

Citations :

« J'étais devenue une sorte de paria à l'instar de Zack qui s'élevait au rang de star du lycée avec ses sourires à faire fondre un iceberg. Ne vous demandez plus d'où provient le réchauffement climatique, jetez un spécimen de ce genre dans un lycée et vous verrez le taux hormonal et la température monter en flèche ! »

« J'avais la bouche et les yeux pleins de larmes. J'ai tout à coup pris conscience que j'avais peur de le perdre et de ne plus jamais l'entendre prononcer mon prénom. Jamais je n'avais entendu une personne dont la voix ait le pouvoir de révéler la nature de ma personnalité. Dès que mon prénom franchissait ses lèvres, je me sentais vivante et reconnue, je devenais quelqu'un. Je ne le connaissais que depuis deux jours, et pourtant j'avais le sentiment que quelque chose d'intense nous unissait, situé entre l'amour et la haine. »

"J'étais totalement étourdie par l'attraction sensuelle qui l'entourait, c'était comme si une aura de bien-être et de beauté enveloppait toute sa personne et le rendait irrésistible. »
 
« La mélancolie et la tristesse vibraient dans ses grands lacs gris, j'avais l'impression qu'il partageait ma souffrance. Souffrance de ne pas savoir si j'avais le droit de l'aimer et s'il m'aimerait en retour. »

« Même si ma raison m'ordonnait d'éviter ce garçon qui m'inspirait tant de sentiments contradictoires, j'étais totalement sous son emprise. »
 
« En la présence de l'oiseau de nuit je ne me sentais plus seule, comme si la chouette et moi partagions un même secret, le même lien avec les ténèbres. L'oiseau de mort et la fille annonciatrice de la mort étaient devenus inséparables, unis par un pacte scellé dans leurs regards ensanglantés. J'avais l'impression de m'être dédoublée, une partie de mon esprit s'était évadée de mon enveloppe charnelle pour prendre la forme d'une chouette impériale.»
 
« J'ai réalisé que j'avais le choix entre un amour passionnel voué à l'échec, mais incroyablement violent et séduisant, et un amour tendre et simple, fait pour durer aux côtés d'un garçon gentil et adorable. »
 
"J'aimais Isaac, profondément, viscéralement, et lui aussi. Dans mon ventre, un ballet de papillons frémissait, électrisant chacun de mes sens comme pour me rappeler qu'il avaient toujours été là et qu'il était inutile de résister face à l'amour que je ressentais pour Isaac. Nous étions liés par un Pacte, par quelque chose de surnaturel qui avait pris sa source dans un passé dont nous ignorions tout. Tout cela était insensé et puisant, pourtant, je ne pouvais plus nier la réalité : Isaac et moi nous aimions depuis toujours."
 
« Tout ce que j'avais ressenti, tout ce que j'avais pris pour de la manipulation était bien réel. Mes sentiments, les siens, les battements frénétiques de mon coeur quand ses yeux croisaient les miens, tout était vrai […] J'avais le choix et c'est lui que je voulais choisir. »
 





mardi 30 octobre 2012

La stagiaire de Christy Saubesty

Sandra est en retard pour le premier jour de son stage dans une entreprise. Miguel est irrité par sa récente rupture amoureuse et l’absence de sa secrétaire. Ils se heurtent dans le couloir et tous deux sont sous le charme. Mais la demoiselle n’est pas au bon endroit et il le sait. Qu’importe, après tout ?  Miguel décide donc de séduire la jolie stagiaire et de réaliser ses fantasmes… dans son bureau. http://comprendrelelivrenumerique.com/2012/05/18/ebook-la-stagiaire-christy-saubesty/#

Sandra est en retard pour le premier jour de son stage dans une entreprise. Miguel est irrité par sa récente rupture amoureuse et l’absence de sa secrétaire. Ils se heurtent dans le couloir et tous deux sont sous le charme. Mais la demoiselle n’est pas au bon endroit et il le sait. Qu’importe, après tout ?  Miguel décide donc de séduire la jolie stagiaire et de réaliser ses fantasmes… dans son bureau.

Mon avis

Après avoir commencé à lire Christy, difficile de s'arrêter, je crois donc que toute la série va y passer !!

Comme j'avais lu le récit le plus long en premier, j'ai été un peu surprise, car là, l'histoire est courte ! Donc en arrivant à la fin, j'attendais la suite, mais non, ça se terminait déjà !
Cela dit, aucun problème, c'est rapide, efficace et tout de suite torride ;) !!
Sandra commence un stage dans une entreprise, elle cherche le bureau où elle doit aller, et là boum, au détour d'une porte, le fantasme masculin de ses rêves la percute de plein fouet (gardons le « dans tous les sens du terme » pour plus tard ).
Elle lui fait beaucoup d'effet et il l'installe dans le bureau de sa secrétaire absente, alors qu'elle n'est pas du tout dans le bon service....Et quand il va l'appeler dans son bureau...disons que ne n'ai jamais vu la comptabilité sous cet angle ^^ !
Après le fantasme médecin/patiente ou secrétaire, c'est ici celui du patron et de sa secrétaire, un autre classique, bien exploité, même si ça peut paraître trop rapide et improbable...mais improbable est un mot que je suis en train de rayer de mon vocabulaire, tant on voit des trucs de fou !!!!

La bonne surprise, c'est qu'après le premier titre, il y en a un second !

Le cadeau

Dylan a presque 20 ans et fantasme sur la copine de son frère, Gabrielle. Il est timide, n'a pas confiance en lui et n'a pas de copine, alors qu'il est plutôt beau gosse !
Quand Gaby lui dit qu'elle veut lui offrir un cadeau pour son anniversaire, il saute sur l'occasion (passez-moi l'expression ;)) et lui dit que c'est elle qu'il veut. Pas tout à fait insensible à son charme, elle va demander à sa sœur Mylène de venir et elles vont lui offrir un cadeau bien épicé...
Dylan et Mylène craquent l'un pour l'autre, donc je vous laisse découvrir la suite...

Une histoire pleine de désir, de sensibilité, d'émotions, très chaude, mais aussi très touchante !

dimanche 28 octobre 2012

Les petits secrets d'Emma de Sophie Kinsella


Résumé :

Ce n'est pas qu'Emma soit menteuse, disons qu'elle a ses petits secrets. Elle fait un bon 40, pas du 36, déteste les strings et sa cousine Kerry et a très légèrement embelli son CV.  Rien de bien méchant, mais plutôt mourir que de l'avouer. Mourir ? Justement ! Lors d'un voyage en avion éprouvant et croyant sa dernière heure arrivée, Emma, prise de panique, déballe tout au séduisant inconnu assis à côté d'elle. Tout et plus encore. Sans savoir que l'inconnu en question n'est autre que...son P-DG !
Quiproquos, coups de théâtre et douce mythomanie, les aventures cocasses d'une menteuse vraiment craquante...

Mon avis :

Un grand merci à Soda71 de Club de Lecture grâce à qui j'ai pu découvrir ce livre ! Je croyais que c'était juste une histoire marrante qui allait me détendre, mais il s'avère que c'est beaucoup plus que ça et que ça m'a aussi secouée !!
 
Emma travaille comme assistante au service marketing d'une grosse entreprise londonienne et son patron l'a envoyée pour la première fois assister à une réunion à Glasgow. La réunion ne se passe pas comme prévu, elle a l'impression d'avoir tout foiré comme d'habitude. Elle a peur de l'avion, une hôtesse a pitié d'elle et la place en classe affaires. Elle se retrouve à côté d'un américain, vu son accent. L'avion traverse une zone de turbulences, Emma voit des passagers blessés, d'autres prient, et elle se dit qu'elle va mourir. Elle se met alors à déballer toute sa vie à son voisin, tous ses secrets, tout ce qu'elle n'a jamais dit à personne...Elle atterrit finalement sans encombre et est mortifiée par ce qu'elle vient de faire ! Mais après tout, c'était à un inconnu qu'elle ne reverra jamais...
Sauf que...et c'est là que ça devient drôle mais alors vraiment désopilant !! L'américain n'est autre que le very Big Boss, créateur de la société dans laquelle elle travaille, Jack Harper, qui vient en visite dans l'entreprise. Il la reconnaît, elle aussi, et il se souvient absolument de tout ce qu'elle lui a raconté : du café ignoble au bureau, de ses collègues, de ses combines pour aller boire un coup en douce avec une copine, de Connor son petit-ami, de ses parents, de sa cousine Kerry, TOUT !!
Ils vont se revoir plusieurs fois, fatalement, on voit venir la suite, mais on est là pour ça quand même !! Malentendus, rebondissements, 2 pas en avant, 3 pas en arrière, on adore !!!!!!!!!
Il connaît déjà tout d'Emma, et elle est la seule à ne pas lui jouer la comédie au bureau, la seule fraîche et spontanée.
C'est une histoire d'amour bien sûr, une rencontre due au hasard, mais pas uniquement, c'est aussi un roman sur les relations humaines, la confiance, l'hypocrisie, le mensonge...

J'ai adoré le personnage d'Emma, être dans sa tête grâce au récit à la 1ère personne est vraiment jubilatoire ! Avoir accès à tout ce qu'elle dit mais aussi à tout ce qu'elle pense, et les contradictions entre les 2, c'est que du bonheur !! Alors que la révélation de ses secrets lui apparaît dramatique au début, elle va constater que ça s'avère finalement beaucoup plus profitable qu'elle ne l'aurait cru, dans les relations avec ses parents, pour son boulot, pour toute sa vie.
Et Jack, alors là, je suis tombée sous le charme !! Ce mec est trop adorable quoi !! La façon dont il remet en place l'insupportable cousine Kerry qui nous sort par les yeux depuis le début, qui fait tout mieux que tout le monde, miss parfaite, est absolument géniale et permet à Emma de vider son sac une fois pour toutes, quel soulagement !! On a l'impression d'être à sa place !
 
Un gros coup de coeur que ce roman qui m'a d'autant plus touchée qu'après avoir vécu un peu la même chose qu'Emma, quand on croit qu'on va mourir, ça secoue, on voit la vie très différemment et ça peut remettre en cause beaucoup de choses !!
Un roman très très drôle dans la première partie qui devient beaucoup plus touchant et sensible ensuite, porté par une écriture très vivante et colorée !

Citations :

« J'ai peur de l'avion. Je ne l'ai jamais dit à personne. C'est trop con. Ce n'est pas une phobie. Ce n'est pas comme si j'étais incapable de monter dans un avion. Mais tout bien réfléchi, je préfère le plancher des vaches. »
 
« Qu'est-ce qui me prend ? Normalement, je suis équipée d'une sorte de filtre qui tamise tout ce que je pense. Mais le filtre ne fonctionne pas. Je suis un vrai moulin à paroles. »
 
« C'était un inconnu. Il était programmé pour être un inconnu. L'avantage des inconnus, c'est qu'ils disparaissent à jamais dans les espaces infinis. Ils ne sont pas censés se matérialiser au bureau. Ni demander le produit de huit fois neuf. Ni se révéler votre super grand patron.
En tous cas, ça m'a servi de leçon. Mas parents m'avaient recommandé de ne pas parler à des inconnus, ils avaient bien raison. Je ne confierai plus jamais rien à un inconnu. Jamais. »
 
« Ce soir-là, en quittant le bureau, je me sens aussi agitée qu'une boule de verre remplie de neige. J'étais parfaitement satisfaite de n'être qu'un placide petit village suisse. Et voilà que Jack est venu, qu'il m'a secouée, et maintenant il y a des flocons qui tourbillonnent partout et je ne sais plus quoi penser. Et aussi quelques jolies petites paillettes. D'infimes petites parcelles d'excitation secrète. Chaque fois que je surprends son regard ou que j'entends sa voix, j'ai un coup au coeur. Ce qui est ridicule. Absolument ridicule."
 
« Jack Harper s'en va aujourd'hui. Merci mon Dieu merci mon Dieu. Vraiment, je n'en peux plus...de lui. Je ne peux pas vivre la tête toujours baissée, l'éviter jusqu'à cinq heures, foncer vers la sortie et penser que tout va bien. La vie reprendra son cours normal et je n'aurai plus cette impression que mon radar a été dévié par une force magnétique invisible. »


mercredi 24 octobre 2012

Devil's Kiss de Sarwat Chadda


Résumé :

Un ange déchu.
Une héroïne sans reproche.
Un baiser démoniaque.
A quinze ans, Billie est loin d'être une adolescente comme les autres, et encore moins une bonne élève. Elle s'endort en classe, sèche les cours, oublie ses devoirs. Elle a des airs de garçon manqué, avec ses cernes, ses bleus, ses cicatrices. Des amis, elle n'en a quasiment pas. Billie est chevalier de l'ordre des Templiers. Sa mission : tuer les démons et les anges déchus. Alors, quand elle rencontre le charmant Mike, son désir de liberté se réveille... Mais elle devra faire un sacrifice qu'aucun autre Templier n'a accompli avant elle...

Mon avis :

Encore un livre voyageur envoyé cette fois par Lilu de Club de Lecture ! Je ne l'aurais sans doute pas acheté, car la quatrième de couverture ne dévoile pas grand chose et j'ai été surprise par la tournure des événements, je ne m'attendais pas du tout à ce genre d'histoire !

A 15 ans, Billie subit son épreuve pour intégrer l'ordre des Chevaliers du Temple, dont le grand Maître n'est autre qu'Arthur SanGreal, son père. Ils affrontent les forces du mal, démons, goules (vampires) qui menacent les humains. Depuis l'âge de 10 ans, elle a été formée à devenir chevalier, elle a appris les techniques de combat, l'histoire, le latin, le grec, les sciences occultes. Son père est dur, ne lui témoigne aucune tendresse, et se montre prêt à se sacrifier si besoin et elle aussi.
Billie n'a pas voulu de cette vie là, c'est la volonté de son père. Elle rêve d'une vie normale, sans entraînements, sans combats. Elle n'a pas d'amis, car elle a trop de secrets à préserver. Son seul ami Kay fait partie de l'ordre et a été envoyé à Jérusalem. Heureusement, il va revenir, et elle se sentira déjà moins seule. Mais sa rencontre avec un charmant jeune homme, Mike, va intensifier son rêve d’une vie différente ! Seulement Mike n'est pas celui qu'elle croyait...et les ennuis vont commencer !!
Le mélange des genres est très étonnant mais plutôt bien réussi, je dois dire ! Histoire, Templiers, légende du roi Arthur, religion, anges déchus, vampires, prophétie, astrologie, médium, tout ça se mêle de façon claire pour former un univers inédit, un côté sombre original !
On assiste à la transformation de Billie et à son accomplissement en tant que Chevalier.
J'ai trouvé son personnage très courageux car elle n'a que 15 ans, ne l'oublions pas ! Elle doute, se pose des questions sur sa vie, sur son destin déjà tout tracé, qu'elle n'a pas choisi. Mais au moment crucial, elle saura agir.
Le personnage de Kay est très intéressant pour moi, car ce n'est pas un guerrier, mais un oracle, il lit dans les pensées, maîtrise la télékinésie, j'aurais aimé en savoir plus sur lui et sur ses dons.
Comme Billie, on se prend à détester Arthur, qui apparaît froid, sans coeur envers sa fille, mais on apprend plus tard la raison qui l'a poussé à agir comme ça, et c'est très émouvant !
Mike, lui, je ne l'avais pas vu venir...enfin, un peu, mais pas complètement...Sans révéler qui il est, il faut dire que ce personnage n'est en général pas dépeint de cette façon, ce côté sombre et fou furieux est assez bizarre quand même, et ne correspond pas à l'image que j'en ai !
Il se lit très vite car les dialogues sont très présents et l'action aussi, on n'a pas le temps de s'ennuyer !

Un livre qui mélange les genres avec réussite, c'est original et surprenant, le côté obscur de la force est partout, et un sentiment constant d'oppression nous fait tourner les pages jusqu'au dénouement héroïque et tragique...Je lirai la suite pour connaître la suite des aventures de Billie, mais on a au moins une vraie fin dans ce premier tome ! Merci Lilu ;)

Citations

« La peur fait paraître le loup plus grand.»

« La crainte que l’on inspire aux autres est une arme redoutable. »

« Cest ça, le problème, avec les parents. Ce qui les intéresse, ce n’est pas que tu vives ta vie, mais que tu corriges leurs erreurs. »

« - Tu n’as jamais remarqué que d’en haut, on ne voit pas la crasse, la saleté.
- C’est une illusion. Vivre si haut, ça te coupe de la réalité. Mais peut-être que c’est ce que recherchent certaines personnes.
- Recherchent quoi, exactement ?
- La supériorité. Dominer les autres. »

mardi 16 octobre 2012

Petites embrouilles et pieux mensonges de Elizabeth Young

Couverture Petites embrouilles et pieux mensonges

Résumé :

Que faire lorsque, comme Sophy, on a la trentaine, qu'on est célibataire, et dotée par la nature d'une mère envahissante et un brin impatiente de se retrouver grand-mère ? Réponse on s'invente un petit ami, tout droit sorti des contes de fées et des derniers films en vogue. Et que faire alors lorsque sa soeur cadette se marie (la traîtresse !), et qu'on se retrouve dans l'obligation de produire le susdit petit ami ? Après avoir envisagé frénétiquement les solutions les plus loufoques incluant la mort du beau boyfriend dans un tragique et très soudain accident, Sophy sort la solution magique de son chapeau : elle engage un cavalier pour l'occasion.

Le jour fatidique du mariage approche. Sophy va-t-elle se sortir de ce pieux mensonge ? C'est compter sans le charme inattendu de son bel escort, l'irrésistible Josh, qui surgit sur le pas de sa porte le jour dit, prêt à se glisser dans les chaussures de luxe du séduisant golden boy inventé par Sophy...

Mon avis :

Il y avait longtemps que je n'avais pas lu de la pure chick-lit, et je dois dire que ça fait beaucoup de bien !!! Un grand merci à Tia qui l'a mis en livre-voyageur sur Club de lecture !

Une héroïne typique, à la Bridget Jones, qu'on ne peut qu'adorer, même si elle nous agace parfois profondément et qu'on a envie de la secouer comme un prunier !
Sophy s'est inventé le petit ami parfait, seulement voilà, comme tout petit ami imaginaire qui se respecte, le problème se pose quand une cérémonie pointe le bout de son nez et qu'il faut l'y emmener !!! Sa soeur Belinda se marie, et bien sûr, tout le monde, surtout sa mère, compte sur la présentation du mystérieux Dominic que personne ne connaît...
A conditions extrêmes, solution extrême ! Sophy va louer les services d'un escorter pour le mariage !
Belinda épouse donc Paul, Sophy présente Dominic (Josh de son vrai nom ) à toute la famille qui l'adore, et tout va pour le mieux chez les Bisounours ! Oui, mais...le problème est que Josh est tellement irrésistible que Sophy est très (trop) sensible à son charme, et ne rêve que de le revoir. Cela dit, on la comprend et on se demande même comment elle fait pour résister aussi longtemps à la tentation de le plaquer contre un mur ^^ oupsss...
Mais c'est vrai quoi, ce mec est parfait, et c'est le premier à dire tout haut ce que je pensais de Paul tout bas, et à le remettre à sa place plus tard, ne serait-ce que pour ça je l'ai adoré ;) ! Parce qu'il faut bien dire que Paul est lui, le parfait crétin arrogant qu'on aime détester et qu'on ne plaint pas une seconde !! Mais je m'égare...
Sophy et Josh vont se revoir, dans des circonstances toujours particulières, le hasard et les amis faisant bien les choses parfois...De quiproquos en malentendus, et d'occasions manquées en coups de gueule pour rien, on voit venir la fin, mais je n'aurais pas voulu que ça se termine autrement !
Je suis très admirative de Sophy quand même, parce que si j'arrivais à inventer la moitié du quart des mensonges et des histoires qu'elle balance, ce serait génial ! Elle a énormément d'imagination en toutes circonstances, et même chose pour Josh !! Quand on voit leur histoire, on se dit pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué !
Une écriture drôle, mordante, délirante...jubilatoire !
On peut toutes se reconnaître un peu en Sophy, la trentenaire célibataire, qui n'assume pas ses quelques kilos de trop, qui manque de confiance en elle, qui s'invente des scénarios imaginaires, et se méfie de la gent masculine.

J'ai donc passé un très bon moment de détente avec ce livre, entre éclats de rire et torture des méninges, un petit coup de cœur !!

Citations :

« J'avais lu quelque part que contrairement aux hommes – que l'abstinence rend de plus en plus obsédés par le sexe -, plus longtemps les femmes restent chastes plus elles découvrent les charmes de la lecture d'Orgueil et préjugés accompagnée d'une tartine de Nutella.
En toute honnêteté, j'avoue que je commençais à préférer les hommes virtuels aux hommes réels. Tous les autres aspects de ma vie étaient pleinement satisfaisants. A quoi bon tout bousiller avec des peines de cœur et des couvertures qu'on vous arrache au milieu de la nuit ? Quant aux tous premiers stades si capiteux d'une liaison, merci bien ! C'est le pied, c'est vrai, mais quel boulot, de se donner l'air parfait en permanence, de faire croire qu'on est trop bien élevée pour lâcher un vent !"

« Avec Josh assis en face de moi, il ne m'était pas aussi facile de débrancher mes antennes. De temps en temps, elles me transmettaient un message : Beaux yeux.
J'essayais de ne pas regarder, mais j'avais du mal.
Quant à ce petit sourire en coin, il devrait être accompagné de la mention « tout abus peut nuire à la santé », poursuivaient-elles.
Arrêtez un peu !
Oui, tout de suite. Tu as remarqué ses mains ?
J'essayais de ne pas les voir. Les mains, c'est hyper important pour moi. Même quand le reste est acceptable, des mains blanches, moites, et pas franches suffisent à me refroidir aussitôt.
Belles mains, non ? Imagine-les en train de faire glisser ta bretelle de soutien-gorge sur ton épaule.
Nom de Dieu ! Silence, à la fin ! »

« Au fil du trajet, le réchauffement de la planète Sophy avait atteint la cote d'alerte. Une fois de plus, j'aurais volontiers descendu deux ou trois vodkas agrémentées de glaçons, de jus de citron et de nectar d'ambroisie sexuelle. Mon sang tambourinait dans mes veines, mes terminaisons nerveuses me chatouillaient. Le simple parfum de sa mousse à raser me donnait le vertige.
Je suis sûre que vous voyez de quoi je parle."

mercredi 10 octobre 2012

Chasseuse de la nuit T.4 Creuser sa tombe de Jeaniene Frost

Couverture Chasseuse de la nuit, tome 4 : Creuser sa tombe

Résumé :

Cat Crawfield et Bones ont bien mérité quelques jours de vacances à Paris.
Mais Cat se met à faire d'étranges cauchemars. Elle a des visions d'un vampire du nom de Gregor, un Maître plus puissant que Bones et qui semble avoir un lien avec son propre passé. Même si elle ne garde aucun souvenir de lui. Gregor la revendique comme sa femme et semble prêt a tout pour la récupérer. Seule Cat est capable de briser le lien qui la retient à lui. Elle devra faire appel à toute sa puissance pour terrasser le plus redoutable buveur de sang qu'elle ait jamais croisé...
Même si elle doit pour cela sacrifier ce qui lui est le plus cher et creuser ainsi sa propre tombe.

Mon avis :

Je devais le lire dans la continuité des autres tomes en lecture commune sur Livraddict toujours organisée par Mia, mais c'est avec plus d'une semaine de retard que j'arrive !!

Il faut dire que j'ai eu du mal à embarquer cette fois ! Je trouvais le début du tome un peu plus mou que d'habitude, et les « Je t'aime, moi non plus » de Cat et Bones commençaient vraiment à me taper sur le système ! Heureusement ça s'arrange par la suite !
Cat aurait rencontré dans sa jeunesse un vampire dénommé Gregor, ou Marchand de sable, qui la revendique comme sa femme. Le problème c'est qu'elle n'en a aucun souvenir ! Gregor les poursuit physiquement mais il peut aussi enlever Cat dans ses rêves, ce qui provoque la fureur de Bones.
Cat va alors être obligée de prendre des somnifères pour dormir sans rêves, et aura les yeux bandés à chacun de leurs déplacements pour ne pas pouvoir indiquer involontairement leur position. Elle vit tout ça très mal, elle qui a l'habitude de l'action, se retrouve écartée de toutes les décisions.
Et alors que ses questionnements auraient pu me toucher, en fait toutes ses ruminations m'ont un peu saoulée ! Tous ces malentendus et cette possessivité vampirique, trop c'est trop !!
Cat et Bones se disputent, se quittent, se retrouvent (ouf, il était temps), et ce qui devait arriver arrive..vu le résumé, je pense que je ne spoile pas trop...Bones la transforme en vampire ! Alors, on pourrait penser : voilà ça c'est fait, fin de l'histoire...mais non !!!! La transformation de Cat nous révèle pas mal de surprises inédites et drôles ! Et là oui, je me suis beaucoup amusée ! Elle était déjà à part en tant qu'hybride, et bien, elle l'est encore en tant que vampire, à la surprise générale ! Et je suis sûre qu'elle doit bien nous réserver encore d'autres capacités dans les prochains tomes...

Dans ce tome, on découvre un peu plus Vlad Tepes, notre charmant Dracula, qui va devenir un véritable ami pour Cat, au grand étonnement de tous. Ce lien qu'il sent entre eux pourrait bien venir de leurs pouvoirs communs...mais là je n'émets qu'une supposition.
J'ai bien aimé le personnage de Fabian, le fantôme dévoué, décidément très utile en toutes circonstances.
Le méchant Gregor est détestable à souhait, il revendique Cat comme sa femme juste par esprit de possession, il n'a pas de sentiments pour elle, il l'a contrainte et lui fait du chantage, oui, ce type est un manipulateur odieux, et j'ai été enchantée de sa fin ^^ !

Donc, un tome qui me laissera quand même une bonne impression pour la deuxième partie, qu'on ne lâche plus dès qu'il y a un peu plus d'action ! La suite pour bientôt !

Citations :

Bones, toujours aussi adorable : « Chaton, tu comptes tellement pour moi que je n’en vis plus. »

Vlad, de bon conseil : « Règle la situation avec Bones, une bonne fois pour toutes. Et ensuite, tourne la page, avec ou sans lui. »

Cat : « Celui qui a dit que le secret du bonheur résidant dans l’ignorance n’avait rien compris. »

Lecture commune avec Mia, Lizi, Sokitty, audel, Luna, Dex, _ananas_, Sharon,

6/7

6/15

vendredi 5 octobre 2012

Sérum Saison 1 Episode 1 de Henri Loevenbruck et Fabrice Mazza



Couverture Sérum, saison 1, tome 1 

Résumé

 1773 : MESMER INVENTE L'HYPNOSE
1886 : FREUD INVENTE LA PSYCHANALYSE
2012 : DRAKEN INVENTE LE SÉRUM

Une injection.
Sept minutes pour accéder au subconscient d'Emily Scott.
Un carnet pour décrypter ses visions fantasmagoriques.
Quelques jours pour empêcher le pire.
Mais quand les morts suspectes se multiplient, le NYPD se pose une question : Arthur Draken est-il un psychiatre de génie ou un dangereux criminel ?

Mon avis :

A force d'en entendre parler par tout le monde, j'ai fini par le lire grâce à Olnapac qui l'avait mis en livre voyageur sur Club de Lecture.
Je dois dire que je ne m'attendais pas à ça !! Vu que les polars et autres thrillers ne sont pas forcément mon genre de prédilection, j'avais imaginé quelque chose de plus glauque et en fait, non, donc c'est déjà une bonne surprise !

Dès les premières lignes qui servent d’introduction au premier chapitre, on est placé en état d’hypnose, on ne connaît pas encore les personnages, et l’auteur peut tout aussi bien s’adresser au lecteur, pour le mettre en condition de réceptivité…
Le premier chapitre s'ouvre ensuite sur un passage en italique qui nous montre un homme dans une chambre d'hôtel, et dès le second chapitre, on entre dans le vif de l’histoire…
La construction du roman est parfaite, le livre s'achève en nous dévoilant l'identité de cet homme qui a du sang sur les mains...la boucle est bouclée, et on a obligatoirement envie de découvrir la suite !!

Lola Gallagher est détective au NYPD, elle va devoir enquêter sur la tentative de meurtre d'une femme devenue amnésique après avoir pris une balle dans la tête. Mais le mystère s'épaissit, car en plus de son amnésie, elle n'a aucun papier, ni d'empreintes digitales...Qui est-elle, pourquoi veut-on la tuer, qu'avait-elle à révéler ???
Et si la seule solution pour faire revenir sa mémoire était le psychiatre Arthur Draken, un ami de Lola...mais quelle est vraiment cette méthode ??
Ce premier tome est court, même trop court, je pensais entrer un peu plus dans l'histoire, mais ce n'est pas le cas ! Les chapitres sont courts, il se lit très vite, il y a beaucoup de dialogues, parfois drôles ou ironiques, de l'action, bref, on ne s'ennuie pas une seconde !! Je croyais en apprendre plus sur cette mystérieuse injection, mais non...il faudra attendre apparemment !!
Et j'ajouterai que j'ai vraiment été bluffée par un moment précis, qui concerne la vie privée de Lola et que j'avais compris différemment ^^ !! Quand on se fait avoir comme ça, c'est forcément que c'est bien fait !!

Bref, un roman bien construit, une écriture précise et fluide, tour à tour drôle, touchant, rythmé...je ne peux que le recommander, et maintenant il ne me reste plus qu'à lire la suite !!

Citations :

Le début, que j'adore !! 

« Vous avez bien fait de venir me voir.
Maintenant, détendez-vous.
Détendez-vous et laissez votre conscience s’ouvrir. Laissez-la vous guider.
Le sérum qui va vous être injecté facilite l’induction hypnotique. Il n’altère en rien votre personnalité ni votre volonté, mais il vous débarrasse de ce qui vous éloigne de votre conscience.
Votre conscience voit plus de choses, entend lus de choses, connaît plus de choses que vous ne pouvez l’imaginer.
Ici, maintenant, votre conscience est reine.
Il y a, quelque part dans un coin de votre tête, un petit train. Un petit train qui peut vous emmener en voyage.
« La Nature est un temple où de vivants piliers laissent parfois sortir de confuses paroles ; l’homme y passe à travers des forêts de symboles qui l’observent avec des regards familiers. Comme de longs échos qui de loin se confondent, dans une ténébreuse et profonde unité, vaste comme la nuit et comme la clarté, les parfums, les couleurs et les sons se répondent. »
Oubliez le monde autour de vous. Ses bruits. Ses nuisances. N’écoutez que l’écho de votre âme.
Le plus important, c’est vous.
N’ayez crainte. Je suis là, à vos côtés.
Il ne peut rien vous arriver… »

« Au fond, son bureau ressemblait un peu à sa vie. Un gigantesque foutoir, beaucoup de choses inutiles, et pas mal de choses à jeter. »



mardi 2 octobre 2012

Les Chants de la Terre T.1 La chasse sauvage de Elspeth Cooper




Résumé :

Gair est condamné à mort.
Il est le seul à entendre le Chant, une terrible magie qui le déchirera de l'intérieur s'il n'apprend pas à la maîtriser. Pourchassé par les Chevaliers de l'Eglise qui veulent le jeter au bûcher, Gair a pour seul espoir un ordre secret que des siècles de persécution ont presque anéanti : les Protecteurs du Voile, l'unique rempart contre les démons du Royaume Caché. Mais le Voile entre les mondes est en train de faiblir. Bien avant d'y être prêt, Gair devra combattre pour sa propre vie, pour l'Ordre du Voile et pour la femme dont il est tombé amoureux …

Laissez-vous conter l'ancienne légende du monde.
Ecoutez la musique secrète de la magie.

Mon avis :

Le sujet de ce livre me plaisait depuis un moment et comme Angelebb le mettait en livre voyageur sur Club de Lecture, j'ai pu en profiter pour le découvrir. Il m'a fallu un peu plus de temps que prévu, mais je ne regrette pas d'être allée au bout ! Et mention spéciale pour la jaquette et la couverture intérieure qui sont magnifiques !!

J'ai eu du mal à entrer dans l'histoire. La fantasy, c'est un genre que je ne lis qu'à petites doses, je trouve ça toujours trop compliqué, trop de noms à retenir, un univers trop différent du nôtre...Mais on a à la fois un univers et une époque différente mais aussi beaucoup de similitudes avec certaines périodes historiques. On pourrait se croire dans un Moyen-Age parallèle...
Gair a été élevé à la Maison Mère de l'Ordre du Suvaeon parmi des Chevaliers. Il a donc appris à se battre, et a suivi une éducation monastique.
Mais il a un don particulier qui le rend coupable d'hérésie aux yeux de l'Eglise et il échappe de peu à la mort. Le Précepteur de l'Ordre le condamne à l'exil. Mais un des Anciens, Goran, ne voit pas les choses de la même manière et fera tout pour empêcher sa fuite et le condamner à mort.
Gair sera aidé dans sa fuite par Alderan, dont il découvrira l'identité plus tard. Il va l'emmener dans les Iles Occidentales où une toute autre vie et un autre destin l'attendent. Là, son don va être évalué par les Maîtres du Chapitre et il va apprendre à le maîtriser et le développer.
Il va aussi tomber amoureux, même si cette relation sera contraire aux règles du lieu...
La fin est spectaculaire, éprouvante, et terriblement triste !

Il m'a fallu beaucoup de temps pour lire ce livre, et j'en suis sortie avec cette désagréable impression d'être passée à côté de quelque chose d'essentiel...mais quoi ?? C'est le genre de livre qu'il faut laisser mijoter pour assimiler certains éléments...
Beaucoup de longueurs, les manigances de Goran et les complots contre Ansel, le Précepteur de l'Eglise, tous ces chapitres ne m'ont pas paru très utiles...
J'ai nettement préféré tout l'apprentissage de Gair et les exploits dont il fait preuve au fur et à mesure !
J'apprécie en général les métaphores, les images, une écriture soutenue, mais la fantasy en fait peut-être trop...j'aime les choses plus claires...mais dès qu'on me parle magie, énergies, je ne résiste pas !!
Les gaeden utilisent les Chants de la Terre : en fait, il ne s'agit que de se servir de l'énergie cosmo-tellurique, on est presque dans la physique quantique pour moi !
Leur façon de voir les « couleurs » de chaque personne fait penser à l'aura et aux différents corps subtils qui nous entourent, chacun a des couleurs différentes reconnaissables comme un ADN...
L'image du labyrinthe utilisée dans les rêves de Gair est très parlante, tout comme celle du lierre qui essaie de grimper et de l'emprisonner : le lierre est une plante parasite qui se sert de la force des autres plantes pour pousser et prendre la place, tout comme son ennemi tente de s'infiltrer dans son esprit pour le contrôler...

Au final, une histoire assez classique de roman initiatique : un jeune homme rejeté par ses pairs qui se retrouve dans une autre communauté qui va reconnaître en lui le seul être capable de vaincre le mal, un talent exceptionnel qui pourra peut-être empêcher leur vision de la fin des temps.
Une histoire universelle et intemporelle sur le sens de la vie et la place qui nous y revient, sur les choix que l'on doit faire entre le bien et le mal, la lumière ou les ténèbres.
Je lirai la suite car j'ai envie de voir l'évolution de Gair et des autres personnages, notamment Tanith...

Citations (encore une fois, le choix a été difficile ^^)

« Si tu définis la magie comme une force ou une énergie naturelle qui fait partie intégrante de chaque être vivant et du monde autour de toi, alors oui, le Chant est de la magie. »

«- Est-ce que vous pourriez m'enseigner ?
- Ça dépend de tes raisons de vouloir apprendre.
- Je ne veux plus en avoir peur.
- Et la connaissance, c'est le pouvoir. Bonne réponse. »

« Il avait tant de choses à demander qu'il savait à peine par où commencer, et tant à apprendre que le peu qu'il avait saisi pour l'instant, au lieu de lui sembler un début, ne faisait que souligner l'étendue de son ignorance, tout comme une chandelle allumée dans la nuit ne fait que révéler la profondeur des ténèbres. »
 
Aysha : «- Nous sommes ce que nous décidons d'être, pas ce que les autres font de nous. Nos origines, les circonstances de notre naissance...Ce n'est que de la biologie. [...]
Ne pas avoir de milieu social prédéterminé te rend maître de ta destinée, sans avoir de comptes à rendre à qui que ce soit, ni risquer de décevoir quiconque. Les seules attentes que tu dois remplir sont celles que tu t'es fixées. Il y a une certaine liberté là-dedans, tu ne crois pas ?
Gair : - Peut-être. J'aimerais seulement savoir où est ma place.
- Tu la trouveras. Donne-toi un peu de temps. Et si tu n'y arrives pas, tu n'auras qu'à t'en créer une. »

« La magie. C'était le seul véritable pouvoir au monde, et il répondait à l'appel de quiconque avait le don, se pliait à toute intention. Tout ce qu'il fallait, c'était la volonté. »